Daniel Beaulé, président de Service 2000, était l’invité de Pierre Cantin à l’émission PME en action du Canal Argent.

Cliquez ici pour voir l’entrevue

 

Nous avons souligné les 30 ans de l’entreprise, tout en faisant un retour sur l’évolution de l’industrie de la réparation des électroménagers. En effet, ce domaine change constamment, notamment avec la multiplication de composantes technologiques et électroniques dans tous les appareils.

Avec plus de 12 000 réparations l’an dernier, Service 2000 est en pleine croissance et consolide ses parts de marché dans la grande région de Montréal. Suite à la relève de 2011, nous avons quintuplé notre chiffre d’affaires dans les quatre dernières années. Nous couvrons la grande région de Montréal, a l’exception de la rive sud. Service 2000 concentre présentement ses efforts dans la couronne nord, à partir du siège social de Fabreville, à Laval. Nos techniciens viennent y récupérer les pièces nécessaires puis travaillent sur la route.

Nous avons discuté de nos valeurs fondatrices, telles que l’excellence en service à la clientèle, la formation continue de nos techniciens ainsi que notre engagement dans l’amélioration des pratiques de l’industrie au Québec.

Afin de créer un lien de confiance durable avec nos clients, nous accordons une grande importance a la qualité de notre relation avec eux, mais aussi à la qualité de notre relation avec les employés. Un employé content va faire un bon travail, ce qui s’avère gagnant pour tout le monde. Les nombreux messages positifs sur notre site témoignent de ce niveau de satisfaction très élevé. L’amélioration constante de nos plages de rendez-vous y contribue également et l’ajout prochain de plus de techniciens sur la route permettra de réduire les contraintes liées au temps passé dans la circulation, puisque chaque technicien travaillera dans un plus petit secteur. Notre objectif est d’effectuer les réparations dans un délai de 48h, avec une plage horaire la plus précise possible pour éviter que le client attende à la maison.

La formation des techniciens constitue un défi de taille pour tous les réparateurs. Quand on regarde les machines depuis 30 ans, il y avait beaucoup de composantes mécaniques et peu d’électronique. Aujourd’hui, un réparateur doit être capable de faire de l’électronique et de la lecture de plans, en plus de la mécanique et du service à la clientèle. Qu’on le veuille ou non, les attentes des clients augmentent beaucoup. Trouver un technicien de qualité qui possède cet ensemble de compétences n’est pas toujours facile et même ceux qui sont très bons doivent avoir accès à de la formation continue pour se tenir à jour, étant donné que les appareils changent énormément et à un rythme accéléré. Nous travaillons d’ailleurs avec Élexpertise, le comité sectoriel de la main-d’oeuvre de l’industrie électrique et électronique, afin de mettre en place un code pour éviter les  expériences déplorables liées aux quelques mauvais réparateurs, qui entachent l’industrie.

En terminant, nous avons bien sûr abordé la question qui revient souvent chez nos clients : comment déterminer si on doit racheter ou réparer?